Apesa Seine-et-Marne : un dispositif d'aide aux entrepreneurs soutenu par Seine-et-Marne Attractivité

Le 20 décembre dernier, Seine-et-Marne Attractivité signait une convention de partenariat avec APESA Seine-et-Marne. L’objectif : permettre à l’association de conforter son action de soutien psychologique pour les chefs d’entreprise, artisans et professions libérales de Seine-et-Marne.

Rencontre avec Jean Huault, président d’APESA Seine-et-Marne qui nous parle du dispositif.

Pouvez-vous revenir sur l’origine du dispositif APESA ?
Depuis la crise économique, une hausse du nombre d’entreprises en difficultés a été constatée dans les Tribunaux de commerce et aujourd’hui, selon l’Observatoire de la santé des dirigeants de PME (AMAROK), un chef d’entreprise se suicide tous les deux jours en moyenne.
Alors que la tendance est au « mieux vivre en entreprise », on est tenté d’ignorer le chef d’entreprise qui garde cette image d’invulnérabilité et a pour mission de prendre soin de ses salariés. Il s’avère qu’il existe une importante détresse psychologique du chef d’entreprise. Les Tribunaux de Commerce sont le dernier jalon d’une longue souffrance. L’audience de procédure collective révèle bien souvent l’état psychologique du chef d’entreprise, et les professionnels des juridictions consulaires se trouvent souvent démunis pour leur apporter l’aide dont ils ont besoin.

En 2013, Marc Binnier, greffier au Tribunal de Commerce de Saintes s’est rapproché de Jean Luc Douillard, psychologue clinicien pour créer le dispositif APESA pour : Aide Psychologique pour les Entrepreneurs en Souffrance Aiguë. Il permet à tout chef d’entreprise qui en éprouve le besoin, de bénéficier d’une prise en charge psychologique, rapide, gratuite et à proximité de son domicile, par des psychologues spécialisés dans l’écoute et le traitement de la souffrance morale provoquée par les difficultés financières, le stress quotidien, puis les problèmes familiaux, la maladie…
 

Comment fonctionne l’accompagnement d’APESA ?
Pour les artisans et chefs d’entreprise, si le passage au Tribunal de commerce organise la fin de la déroute, il signifie aussi la fin brutale d’une carrière, d’un rêve de réussite et d’indépendance, mais également potentiellement la culpabilité, le déshonneur, la solitude.
Le dispositif APESA a pour objectif de prévenir le risque suicidaire, mais aussi de révéler les ressorts psychologiques nécessaires pour retrouver un espoir et envisager un avenir.

Cela passe en premier lieu par la formation des juges, mandataires et administrateurs désignés, greffiers… Ce sont ces professionnels qui vont pouvoir déclencher une alerte lorsque l’état psychologique du chef d’entreprise laisse supposer le besoin d’une aide. La question-clé suivante lui est alors posée « Est-ce que l’on doit s’inquiéter pour vous, un soutien psychologique pourrait-il vous aider ? ».

Selon la réponse à cette question, une « fiche alerte » est remplie par le professionnel déclenchant l’alerte avec l’accord du chef d’entreprise en risque suicidaire. La « fiche alerte » est transmise à la plateforme de traitement RMA (Ressources Mutuelles Assistance) chargée d’effectuer, dans un délai maximum de 24h, une évaluation précise de la gravité de la situation, en appelant par téléphone le chef d’entreprise concerné. Jusqu’à cinq séances entièrement gratuites lui seront proposées par un psychologue agréé APESA, à proximité de son lieu d’habitation.

Les frais de traitement de la prise en charge de l’alerte et des honoraires des psychologues sont à la charge de l’association locale, ici APESA Seine-et-Marne.
 

Parlez-nous justement d’APESA 77 ?
L’association de loi 1901 a été créée en octobre 2016 avec la signature de deux conventions : APESA France et les Tribunaux de Commerce de Melun et de Meaux. Au-delà de la formation, du suivi des alertes, nous proposons également une information semestrielle sur l’activité et fournissons des éléments de communication.

À aujourd’hui, nous avons réalisé un réseau 46 psychologues seine-et-marnais formés aux difficultés des entreprises. Puis constitué un réseau de 108 « sentinelles » formées gratuitement à la détection des signes de détresse psychologique. Ces sentinelles permettent de passer le relais aux psychologues spécialisés. Elles permettent également de réaliser un diagnostic téléphonique dans les 2 à 4 heures suivantes et facilitent la prise en charge par un psychologue à proximité du lieu d’habitation ou d’exercice du chef d’entreprise.
 

Quel bilan de votre accompagnement pouvez-vous déjà dresser ?
Entre 2017 et 2019, nous avons pu soutenir 156 entrepreneurs, évitant ainsi de mettre en péril leur santé mentale et de leur permettre le rebond. Sur la seule année 2019, 64 alertes ont été lancées sur Meaux et Melun, 107 séances de psychologues ont été réalisées.
 

Pourquoi un tel partenariat avec Seine-et-Marne Attractivité a-t-il été conclu ?
APESA Seine-et-Marne rayonnant sur tout le territoire et proposant un réel service à destination des entreprises pour la bonne santé psychologique du chef d’entreprise et donc de l’emploi, du dynamisme économique, il paraissait naturel pour le Département de Seine-et-Marne de soutenir cette action. Seine-et-Marne Attractivité a donc adhéré à l’Association à la fin de l’année 2019. Ce partenariat permettra de suivre davantage de chefs d’entreprise, de poursuivre les formations de sentinelles au contact des entreprises, et d’assurer un maillage plus fin du département dans la détection de la souffrance psychologique.